Frissons à Brégançon

Bonne nouvelle ! François Hollande, embauché en mai dernier, a réussi à négocier avec son employeur 15 jours de vacances en août, ce qui est rare ! Contrairement à son prédécesseur Nicolas Sarkozy, le nouveau Président renouera avec la tradition en investissant le célèbre Fort de Brégançon, cher à de Gaulle, Pompidou, Giscard et, surtout, à Chirac

Mais oui, Chirac, Brégançon, souvenez-vous, cette belle histoire des médias (légende urbaine, diront certains) ! En 2001, notre fringant Président se promenait tranquillou sur la terrasse de la superbe demeure mise à sa disposition par l’Etat. En contrebas, sur la plage, quatre photographes attendaient patiemment, en plein soleil, que le Jacquot fasse son apparition. Pas ingrat, Jacques la bonne franquette leur fit tout d’abord la belle surprise d’apparaître en slip (mou du genou, selon les témoins) un long moment, (quelques) cheveux au vent, avant de rentrer au frais. Mais voilà, à peine les voleurs d’images avaient-ils eu le temps de rembobiner leurs pellicules que le chef de l’Etat était réapparu dans le plus simple appareil, la nouille au vent, des jumelles à la main, dans le but de mater le yacht des frères Schumacher qui mouillait face au Palais. Il était comme ça, le Jacquot, nature et détendu du gland pendant ses vacances, comme tout Français posé au camping avec maman.

Bien entendu, les photographes mitraillèrent alors l’engin présidentiel, avant de faire un pacte du sang, se jurant crachant dans le sable de ne jamais jamais vendre les photos ! Bien entendu, l’un d’entre eux rompit le pacte avant d’aller proposer les photos à Paris Match. Malheureusement, le rédacteur en chef de l’époque, Alain Genestar, les refusa, les jugeant « dégradantes et humiliantes ». Sympa. A la place de Jacquot, on l’aurait mal pris (« Pourquoi HUMILIANTES, les photos de moi nu ?! »)

Plus tard, Nicolas et Carla vinrent plus rarement car la belle italienne préférait sa luxueuse villa du Cap Nègre. Malgré tout, c’est à Brégançon qu’elle nous montra pour la première fois son ventre (oui, c’est moins spectaculaire que Jacquot. Quoique…).

Ce qui nous amène à nous poser cette question cruciale : que nous promettent ces deux semaines passées à Brégançon par Valérie et François, couple tout juste sorti d’une grave crise qui faillit les mener tout droit à la rupture ? A leur place, on aurait choisi un lieu un peu plus discret pour des retrouvailles. Les photographes, habitués des lieux, se frottent déjà les mains et préparent leurs index, prêts à mitrailler sans les tourner sept fois avant de dégainer. Mais, normalité oblige, c’était ça ou La Lanterne. Et puis, poser son séant sur les mêmes canap’ que jadis Chirac nu (awkward !) ou le colonel en treillis, ça n’a pas de prix !

François parviendra-t-il à amener la pluie avec lui dans le Var aoutien ? Valérie bronzera-t-elle topless ? Nagera-t-elle avec une frite comme son élégante prédécesseur (non, il n’y a pas de féminin pour ce mot) ? Les enfants Hollande viendront-ils jeter  la hache de guerre dans la belle bleue ? François est-il slip ou caleçon ? Valérie mouillera-t-elle son célèbre brushing ? Utiliseront-ils une glacière ? Liront-ils Voici ? Porteront-ils des crocks ? Auront-ils des coups de soleil recouverts d’épaisses et inesthétiques couches de Biafine ? Boiront-ils du rosé en cubi ? Inviteront-ils des potes à taper le carton jusqu’au bout de la nuit ?

Bref, seront-ils normaux jusqu’au bout des tongs ?

Réponse le 1er août.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s