La fabuleuse histoire de Kim Kardashian : étude de K

kimkLongtemps, chaque fois que ce nom était évoqué devant vous, vous avez laissé passer, fermant les écoutilles comme lorsque les conversations dévient vers les sujets OGM, Afghanistan, mondialisation ou histoires de taf, votre cerveau moulinant alors vers d’autres préoccupations assez lointaines de celles débattues par vos interlocuteurs…

homerdonut

Oh, un donut !

Vous avez espéré, et vous n’aviez pas forcément tort, qu’encombrer votre mémoire vive avec la bio détaillée d’une starlette de télé-réalité à gros boule n’avait que peu d’utilité, d’autant qu’elle serait rapidement oubliée. Mais c’est là que vous avez eu tort. Grave tort. Car croyez/déplorez-le ou non, Kim Kardashian sera certainement l’une des dix femmes dont on parlera le plus en 2013. Alors on pose son donut, on se concentre, et on fait un peu de place sur son disque dur interne pour un petit cours sur « Kim Ké, alias perfect bitch, des origines à nos jours ».

Au commencement était Robert Kardashian, l’avocat de O.J. Simpson (oui, le mec accusé d’avoir tué sa femme). Rob s’est, en parallèle de ses activités juridiques, reproduit avec Kris Jenner, une américaine pas mal d’alors 17 ans et passionnée par la lettre « K ». Oui oui, comme la première lettre de son prénom et celui de sa sœur, Karen. Ensemble, Rob et Kris auront trois filles : Kourtney, Kim et Khloé, toutes trois brunes, lippues, fessues mais fermes, nichonnées et à la chevelure Kerastase. Bref, l’american dream. Enfants les Special K, dont Kim, donc, la plus bonne des trois sistas, frayent alors dans la haute et passent leurs boums chez les non moins passionnantes Paris et Nicky (Hilton, of course). Puis, Robert cassa sa pipe prématurément et maman Kris prit nouvel époux avant d’enfanter une nouvelle fournée de K en les personnes de Kylie et Kendall. Qu’allait-elle donc faire de cette encombrante et coûteuse progéniture ? La mettre sur le trottoir ? Non mais vous rigolez, on est à Los Angeles, babes !

Kris, génie en son domaine, décida alors de sponsoriser sa propre famille et son quotidien en créant « L’Incroyable Famille Kardashian », émission de télé-réalité qui, depuis maintenant cinq ans, met en scène les passionnantes aventures de ces poufs attachantes. Rapidement, et comme dans les contes de notre enfance, l’une des sœurs sortit du lot. Kim. Kim et ses gros nénés, Kim et ses fesses incroyablement rebondies malgré une surcharge pondérale reniée par Wykipédia (qui annonce 53 kg pour 1,57 m ; on en rit encore), semblant défier l’apesanteur, et remisant notre bonne vieille J.Lo au placard. Une sex-tape plus tard (cédée à l’éditeur Vivid pour 5 millions de dollars opportuns), la célébrité de Kim Ké était admise, et Paris Hilton, ses fesses plates et ses grands panards, ringardisés à jamais.

kimkfesses

Mais voilà, bien que déifiée par les jeunes américains, leurs poignets et leurs Kleenex, Kim voulut la reconnaissance des « gens du métier », comme on dit. Non, pas ceux de ce métier-là, mais bien celle des vrais pipoles. Pourtant, tout le monde la bashait alors, refusant d’apparaître à ses côtés, raillant son physique, le néant sur lequel s’était érigé sa célébrité, son mariage raté avec Kris Humphries (oui, la meuf s’est mariée avec un type qui porte le même prénom que sa mère, mais bon, quand il faut trouver des K, on fait ce qu’on peut…). Bref, la belle se morfondait aux portes de la gloire jusqu’à ce que…

Kanye West, fan de la première heure depuis qu’il s’était procuré la fameuse vidéo qu’il se diffusait en boucle dans son palais doré, osa un jour aborder sa belle. Pété de thunes, le compositeur et producteur de rap américain best friend de Jay Z avait, semble-t-il, toutes ses chances. Bhé oui, imaginez qu’il se soit appelé Jean-Charles, ça n’eût pas été possible. Mais Kanye ! Avec un K comme Kim ! C’était un signe du destin ! Emballée, Kim se jeta alors à corps perdu dans cette idylle magnifique, alors que Kanye, qui avait un peu la tehon quand même de se balader à côté d’un cupcake sur compensées, faisait rapidos un petit relooking extrême à la Cordula sur sa « perfect bitch », ainsi qu’il intitula le titre qu’il écrivit alors pour rendre hommage au fantasme de sa jeunesse. C’est beau l’amour. Bashé par ses potes et moins potes (50 cent déclara élégamment qu’après tout, « la poubelle des uns pouvait être le diamant des autres »), Kanye le nounours à collier doré teint bon et, fièrement, continua de s’afficher fièrement avec sa chérie. Pourtant, Beyonce, ivre de rage de devoir se coltiner la pupute de service aux concerts de leurs mecs respectifs, refuse encore de lui adresser la parole. Mais qu’allait bien pouvoir faire Kimmy pour qu’enfin on la respecte ?

Le 2 janvier 2013, Kanye West mettait le monde au courant. Il avait lavé l’affront en engrossant sa hot mamma, qui donnerait le jour à un petit K, certainement sous l’œil des caméras, en juin prochain. On imagine que Beyonce a dû en bouffer son bun, d’autant que sa petite Blue Ivy, on s’en balance pas mal, en fait. Depuis l’annonce de la divine grossesse, l’Amérique se repaît de ce cataclysme people annoncé. Quant à Kate Middleton, elle peut vomir tranquille, puisque notre ancienne porno-girl amateur a réussi le tour de force de braquer (un temps) les flashs du monde entier sur son ventre plutôt que sur celui de la future reine d’Angleterre. Fort.

Voilà, vous connaissez maintenant la merveilleuse histoire de Kim Kardashian, la femme devenue célèbre grâce à sa seule célébrité. N’en déplaise aux vieux grincheux, Kim est le symbole d’une époque où la télé-réalité appartient à la pop-culture. Et dans pop-culture, il y a culture. Quant au fait de devenir célèbre en n’ayant rien fait d’autre que hanter les piscines des hôtels de luxe, les pages des magazines et réjoui le public avec ses histoires de cœurs et de cul, que les plus anciens d’entre nous se posent cette question : qu’on fait les Windsor et les Grimaldi ?

5 réflexions au sujet de « La fabuleuse histoire de Kim Kardashian : étude de K »

  1. Bravo pour ta bio de Kim, en quelques lignes tout y est! Oui moi j’encombre très régulièrement ma mémoire avec les potins des people. Passion que j’ai réussit à faire accepter à mes proches par mes autres loisirs favoris beaucoup plus culturels et intelligents. Genre je regarde l’incroyable famille K, plus belle la vie et tout un tas de trucs honteux mais tout le monde sait par exemple que j’adore les auteurs tchèque et leur joie de vivre sans limite (Kafka, Kundera, Mucha and friends), l’opéra etc alors ça passe.
    Pour en revenir à Kim que je trouve très jolie d’ailleurs (Kloe est définitivement trop golgoth elle me fait flipper) je me languis qu’elle accouche pour connaitre le prénom en revanche j’espère qu’elle ne viendra pas nous faire des articles à la Gisèle ou Sienna sur la maternité, je serai extrêmement déçue de notre Kim.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s