Marre d’Alessandra Sublet, la « maman débordée » qui se regarde le nombril !

sublet

Alessandra Sublet, je l’aimais bien. Avant. Avant qu’elle accouche de sa petite Charlie et vienne nous bassiner à longueur d’interviews avec ses petits maux quotidiens physiques et psychologiques de jeune maman, comme si nous découvrions toutes à travers elle les aléas de la maternité.

Déjà, il y a eu son baby-blues, sur lequel la demoiselle s’est largement répandue, décrivant dans les menu détails ce passage difficile dont nous n’avions, bien entendu, jamais entendu parler avant elle, n’est-ce pas Eliette Abecassis ? D’ailleurs, bonne nouvelle, Alessandra devrait prochainement commettre un livre sur le sujet, afin d’aider toutes les mamans qui, comme elle, ont traversé cette épreuve. Merci, Aless, les mondes médical et littéraire t’attendaient.

Depuis, ça va mieux merci, mais la belle continue pourtant son auto-analyse par médias interposés en disséquant désormais avec les journalistes qui veulent bien l’écouter (et ils sont nombreux) son quotidien de maman qui travaille. Avant, nous apprend-elle, elle arrivait au bureau à 9h (ouah !), travaillait d’arrache-pied pour ne repartir que tard après la fin de l’enregistrement de « C à vous », émission de qualité qui doit, reconnaissons-le, une grande partie de son succès à la sympathique et pétillante présentatrice préférée des français. Pourtant, si la jeune femme travaillait d’arrache-pied avant la naissance de sa fille, elle a décidé de changer de rythme après la naissance de sa fille. Dans Paris Match, elle déclarait ainsi : « Je prépare l’émission de moins en moins. La première année, j’étais au bureau de 9 heures à 21 heures, désormais, j’arrive à 15 h 30 ». Ah mais nous, pauvres mamans godiches que nous sommes, on n’avait pas pensé à faire ça ! En tous cas, c’est ses collaborateurs qui doivent être contents.

Aujourd’hui, rebelote et retour d’Alessandra Sublet dans les colonnes de Télé Star pour une énième interview-confession autour de… Charlie, de Clément et de la difficile conciliation maman-boulot. Tiens donc. Et là, Alessandra nous y apprend que, outre le fait qu’elle se sent de « moins en moins féministe depuis qu’elle est maman (sic), il [lui] semble impossible d’être à la fois une working girl, une bonne épouse et une bonne mère ! Pour [elle], le féminisme, c’est prendre soin de soi et arrêter d’être l’homme et la femme. Chacun à sa place ! ». Passons sur la diatribe qui ferait trembler d’effroi Elisabeth Badinter et revenons aux astuces de notre bonne copine journaliste pour concilier vie pro et vie perso. « Je culpabilise affreusement quand je pars de la maison à 10h », nous apprend Alessandra. Quoi ? A dix heures ?!! Hou la maman démissionnaire qui part aux aurores ! Du coup, elle réfléchit à un rythme beaucoup moins soutenu pour l’année prochaine (sic), afin de donner à son bébé toute l’attention qu’il mérite…

Je trouve personnellement le discours de Miss Sublet parfaitement méprisant et relativement choquant lorsqu’on réfléchit au quotidien des millions de mères qui travaillent. Pour celles qui trouvent leur équilibre en conciliant une carrière ambitieuse et des week-ends en smala, ou encore celles qui, n’ayant pas le choix, font les 3 huit pour nourrir une famille qui s’organise comme elle peut, les petites lamentations mi-égocentrée mi-donneuses de leçon de notre trentenaire en vacances un mois sur deux commencent à être gonflantes.

Tout ça pour dire que si Mademoiselle Sublet souhaite quitter son 15h30-21h pour « souffler un peu » (pfiou !), se consacrer à son Goncourt sur la dépression post-natale et prendre soin d’elle pour son homme Clément qu’on commence à connaître sous toutes les coutures, grand bien lui fasse, mais qu’elle cesse de nous chauffer avec ses petits problèmes de riches et ses tracas de maman débordée. Ah mais non, je suis bête, on la verra la semaine prochaine dans Voici puisqu’elle est en vacances cette semaine. Mais bien sûr, la star ne manquera pas d’attaquer l’hebdomadaire pour atteinte à la vie privée. bha oui quoi, de quoi ils se mêlent, ceux-là ? Son Clément, sa Charlie, c’est son jardin secret !

10 réflexions au sujet de « Marre d’Alessandra Sublet, la « maman débordée » qui se regarde le nombril ! »

  1. pauvre petite présentatrice télé qui a une vie si dure!!! j’échangerais moi bien! parce que j’aimerais bien les avoir moi les moyens d’aller seulement bosser à 15h30 sans devoir compter mes sous en fin de mois.

  2. Merci🙂

    Moi aussi, je l’aimais bien Alessandra. Mais depuis peu… Outre le fait qu’elle utilise son expérience fort particulière de la maternité comme facteur d’explication du monde, ses interviews qui se déroulent toujours sur le même canevas du « vous venez d’un milieu modeste/pas facile et vous vous en êtes sorti/vous avez fait de grandes choses » dans un mode « self made (wo)man » qui oppose par l’exemple la vonlonté et le travail à l’immobilisme en faisant fi de toute réalité socio-économique dominante commencent à me laisser un peu sur ma faim. Sans parler de l’accent créole à chaque fois qu’elle s’adresse à Babette de Rozières sur lequel je m’interroge encore…

    Pourtant, l’émission est super bien pensée et accompagne en fond sonore beaucoup de préparation de repas du soir…

  3. Les stars dès lors qu’elles ont un gamin, leurs interviews ça deviens insupportable. Chacune a son style, son combat, son jugement, son opinion, son quotidien merveilleusement bouleversé mais elles me gavent toutes : Sienna, Miranda, Giselle, Alessandra….
    Sinon moi un petit 15h30 – 21h00 ça me dit bien quoique je préfèrerais 18h30 pour ne pas rater le bain des enfants, ce moment magique, je pense que mon futur employeur pourra comprendre ça, quand même.

  4. Je suis tombé sur ton blog aujourd’hui et j’adore!

    J’aime beaucoup cet article. Je ne suis pas mère mais j’ai assez vu ma propre mère (célibataire deux enfants bas âge, à l’époque) jongler entre ces horaires boulot et nos horaires garderie/école/garderie. Et entendre ces pauvres femmes débordées quand elles commence à 15h30 leur journée de travail, … ça me débecte!!
    C’est dommage, je l’aimais bien… avant!
    En tout cas bravo pour cet article!

  5. Huhuuuu mdr, j’ai adoré ton article capillaire, puis celui sur la première qui pleure tout le temps, et enfin celui là (ça en fait des articles !). Félicitations pour ce super blog, donc, et continue à nous faire rire😉

    PS / j’aimais bien aussi avant, je la trouvais fraîche. Mais ça fait un bail que j’ai plus le temps de regarder la télé – les 15-21 ? pas possible pour moi😉

  6. j’aime beaucoup Alessandra dommage qu’elle n’ait pas attendu pour avoir un bébé, c’est vrai qu’elle s’occupait davantage de son apparence! quand j’aurai son âge j’aurai l’air beaucoup plus jeune,( c’est déjà le cas maintenant) que ces nanas qui veulent absolument être mères de peur de ne pas rentrer dans le rang,et qui viennent pleurnicher qu’elles ressemblent très vite à de vraies ruines, quand à la période de l’adolescence que leurs mouflets vont leurs infliger, j’en ai froid dans le dos rien que d’y penser. Bonne chance!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s