La génération X entre newstalgie et rétroverdose

coqueiphone

C’est encore un dossier de l’excellent magazine sociétal (et branchouille, il est vrai) Technikart, écrit par le non moins talentueux Nicolas Santolaria, qui attira mon attention sur un phénomène prégnant, dont l’ampleur atteint subrepticement tous les pans de ce qui constitue le quotidien de nous autres, pré et post quadras newstalgiques.

De Caunes back au Grand Journal, retour dans les kiosque du magazine Lui, passion subite pour les petits bistrots à l’ancienne qui présentent comme ultra swag poireaux vinaigrettes, andouillettes à l’ancienne et coquillettes de notre enfance, coques d’IPhone en forme de K7 audio ou de GameBoy, retour de la Birkenstock, de la salopette, de France Gall, des papiers peints surannés et des têtes de cerf de mémé, des bretelles de papé et de tout l’univers sixties de nos darons autrefois méprisés : la tendance est au rétro, voire à la rétroverdose. Car s’il est vrai que la nouveauté pour elle-même sert rarement, et qu’on n’innove jamais qu’en « revisitant » (coucou Jean-François Piège) les œuvres de nos aînés, cette ultra-tendance à la nostalgie vintage stériliserait sérieusement notre créativité, déjà mise à mal par la fameuse génération Y qui, elle, n’attendra pas qu’on ait fini de se tricoter un étui d’ordi portable pour nous évincer rapidos d’un marché de l’emploi toujours plus concurrentiel.

« Il y a deux parties dans la vie d’un homme : jusqu’à quarante ans, on regarde vers l’avenir ; après quarante ans, on regarde son passé », constate Frédéric Beigbeder,  post-quadra toujours vif et jamais avare d’un bon aphorisme. Alors, on se commande un Star-Tac remasterisé en repensant, la larme à l’œil, aux premiers sextos enflammés qu’on y réceptionna, on sape ses gosses en teddy alors qu’ils n’ont rien demandé et on se cale en mode doudou des heures durant devant « Nos années 2000 » d’Hanouna avant de replonger dans des vieux  Tintin qui nous rappellent ces longues nuits adolescentes pendant lesquelles on rêvait à un avenir radieux, forcément, fait d’inédit, de découvertes et d’expériences nouvelles.

Tout ça pour quoi ? Faire du neuf avec du vieux ? Même pas. Puisqu’il semblerait bien que, à l’instar de ces centaines de milliers de clichés Instagram qu’inlassablement nous postons pour les partager avec nos « amis », nous tentions de figer dans le passé un présent devenu statique. Ainsi la vie du quadra, tantôt Sepia, tantôt Toaster, parfois 1977, ne serait-elle plus qu’une illusion cryogénisée dans un espace-temps déconnecté de la réalité  Pire, une nouvelle appli récemment lancée (Throwback) propose de prendre des photos qu’on ne découvrira qu’un mois à 5 ans après avoir l’avoir prise… pour faire « comme avant », quand on traînait pour aller déposer notre peloche au magazin Kokak.

Cette excessive nostalgie serait la faute aux Trente Glorieuses, qui auront offert à des baby-boomers insouciants une parenthèse enchantée faite de révolution, sexuelle et politique, opérée dans l’ignorance du sida et du chômage. Lesquels auront finalement fauché au sortir de l’adolescence une cargaison entière de jeunes gavés au Club Dorothée qui, faute d’avoir le courage de tuer le père, aura finalement préféré tout faire pour lui ressembler, jusqu’à se fondre entièrement dans un univers hybride mariant celui de ses géniteurs avec la nostalgie ocre de sa puberté revue et corrigée par un imaginaire bienveillant.

La solution pour sortir indemne de ce cube obsessionnel, cette prison vintage ? Oser tourner le dos à un Eden sublimé, se libérer d’un souvenir chéri avec une affection enfantine handicapante et refourguer cet univers recolorisé aux petits frères orphelins d’une mémoire cathodique et pop neutralisée par ces heures passées devant les multi-écrans alors absents de notre réalité.

En bref, oui à la newstalgie rentable, mais non à la rétroverdose stérile !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s