Si vous les avez ratées, quelques lectures avant l’été

lecturesCela fait bien longtemps que je n’ai pas chroniqué mes lectures mais, au vu des découvertes que j’ai récemment faites, et des plaisirs qu’elles m’ont procurés, je reprends avec plaisir ces debriefs littéraires abandonnés.

  • Vous êtes en mode blocage, incapable de vous concentrer plus de 3 minutes sur le Voici et plus encore d’envisager l’ingestion d’un pavé de plus de 300 pages ? Foncez sur La Fille du train. Vous avez certainement lu l’une de ces critiques dithyrambiques qu’en ont fait lesdits magazines devenus vos seules substances littéraires. Eh bien, croyez-les. La Fille du train est le nouveau Les Apparences (et ceux et celles, comme moi, qui ont adoré ce thriller brillantissime de chez Sonatine n’auront pas besoin de davantage pour adouber cette nouvelle découverte). Plongée abyssale (et parfois dérangeante) dans la psychologie de trois personnages féminins dont les destins s’entrelacent mystérieusement, La Fille du train est aussi un thriller haletant que je n’ai pas pu lâcher dès lors que, debout dans mon entrée, j’ai entrepris d’en lire les premières pages avant de poser mon sac, sans lâcher le livre, puis de m’allonger sur mon lit pour en lire quelques pages de plus (avant que les enfants ne débarquent et m’assènent un plaquage dans les règles mais ça, c’est une autre histoire).
  • Vous en avez marre de lire du caca mais n’avez pas forcément envie de vous (re)taper Les Mémoires d’Outre-tombe pour vous prouver que vous valez parfois mieux que les Anges de la télé-réalité ? Optez pour Richie, de Raphaëlle Bacqué. Comme son nom ne l’indique pas (car non, il ne s’agit pas d’une bluette à la Grease où des personnages outrés flirtent en teddy), Richie est intelligent, passionnant, émouvant. Ce roman/récit retrace le destin de Richard Descoings, le très charismatique et sulfureux patron de Science-Po retrouvé mort dans une chambre d’hôtel new-yorkaise. Les amateurs de biographie adoreront cette destinée hors-norme d’un Rastignac des temps moderne à la personnalité complexe bien décidé à gravir les marches du pouvoir tout en vivant librement une homosexualité assumée et un besoin viscéral de tester ses limites jusqu’au petit jour avant de renfiler le costume sombre des énarques. Vous y croiserez DSK, les jusqu’aux-boutistes de la night du Queen, un St-Germain fantasmagorique et en apprendrez beaucoup (trop ?) sur nos élites nationales, le tout en vous laissant embarquer par le style impeccable de la talentueuse journaliste du Monde. Un régal !
  • Vous voulez vous prendre une grande bifle ? Si ça n’est pas encore fait, procurez-vous tout de suite le dernier Despentes, Vernon Subutex. Peu servi par sa couverture anxiogène, et par la réputation de son auteur qu’on associe souvent trop (à tort) à une œuvre pour punks à chiens anarchistes comme si Sagan ne s’adressait elle-même qu’aux bourgeois à bagnoles de collection, Vernon n’a pas encore rencontré l’immense succès qu’il mérite. Et pourtant, c’est un GRAND roman, comme on dit, voire LE grand roman de son auteur, au sommet de son art, qui dépeint dans cette fresque sublime de notre époque le parcours d’un post-quadra fatigué dont la vie n’a finalement jamais vraiment démarré sa chute banale dans la précarité. Il y a du rock, des dizaines de personnages secondaires d’une vérité éblouissante, des réflexions hyper fines sur la société d’aujourd’hui, et puis cet attachement irrépressible à ce héros magnifique de simplicité qui, à lui seul, exprime le mal-être mêlé d’utopies paradoxales qui définissent beaucoup d’hommes et de femmes d’aujourd’hui. La super bonne nouvelle, c’est que le tome 2 sort ces jours-ci, et qu’un 3 suivra. Alors mettez vos préjugés de côté et plongez-vous dans ce que vous n’auriez pour sûr jamais envisagé comme votre série de l’été.

Sur ce, je retourne à ma lecture d’En finir avec Eddy Bellegueule qui, décidément, prouve qu’en terme de choix de romans, il est des périodes plus que bénies.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s