Non, Johnny Depp n’est pas sauvage. Il est vieux.

Johnny-Depp-sauvage-egerie-Dior_article_landscape_pm_v8

Un jour on découvrit Tom Hanson, qui d’un coup d’un seul délogea dans notre cœur tous les autres beaux gosses d’OK Podium réunis. Son air rebelle, ses cheveux dans les yeux, ce petit air de bad boy vaguement iroquois qui semblait nous dire « viens », et scotcha toute une génération de teen-agers devant les aventures de flics ados gominés vêtus de perfectos. Bref, on a toutes été raides dingues de lui. De Johnny. Johnny Depp. Le rêve de notre adolescence, qui investit donc le star-system en policier affriolant avant de faire volte-face, choisissant des films un peu chiants, vaguement d’auteur qu’on fit semblant d’aimer parce qu’on était accro à ce piège d’ado tatoué qu’on voulait sauver de ses démons (« L’histoire de ce garçons aux mains en couteau suisse, c’est trop incroyable ! Non mais quel acteur. » / « Dingue, n’empêche, ce poisson qui vole dans le désert, non ? Siiii, j’ai aimé Arizona Dream ! ») Ce que tentèrent par ailleurs de faire les quelques baby-dolls passées dans sa vie, qu’on ne parvint même pas à détester tant elles incarnaient avec lui un idéal de couple « je t’aime moi non plus », fascinant, excitant, différent. Winona, Kate, et puis Vanessa, bien sûr, dont l’intervention ubuesque dans le destin de cette icône intouchable et quasi irréelle vint parachever le mythe.

deppjeune

La vie planquée à LA, Lily-Rose qui gazouille sur des morceaux bohème, l’air un chouille cradingue d’une petite famille bobo au bonheur extatique, qu’on entrevit rarement, au détour de quelques photos volées, enchanteresses, alors que l’idole semblait avoir peu à peu décidé de ne plus rien jeter. Non, madame. Pas une breloque, un vieux bracelet acheté au marché de St-Rémy, pas une perlouze de bois pendouillant en mode chapelet d’un jean assurément très très sale ne devait alors quitter l’amoncellement étrange de quincaillerie qui ornaient, tel un sapin, un Hanson en mutation. Devenu soudain « Johnny le porte-clés ». Diantre. Voilà t’y pas que le rebelle, le sauvage, l’indomptable et fragile Depp semblait se fondre, après année, dans son personnage un rien gavant de Jack Sparrow, le pirate rimmelisé qu’il avait finalement accepté d’incarner pour les studios Disney. « Pour les enfants », disait-il. Aux soirées, la sexitude décalée fut bientôt troquée pour des accoutrements pour le moins loufoques, que nous fîmes pour quelques derniers instants encore semblant de considérer (« ce fute pingouin + groles de maquereau + crucifix, on aime ou bien ? Vous avez l’eau courant, dans votre mas ? Enfin, il existe des shampooings secs, hein. »).

Puis il y eut la rupture, Vanessa brisée, rentrée en France malgré leurs belles promesses d’éternité, et l’annonce plus ou moins officielle que le poète avait cédé au démon de midi, comme tout un chacun, comme un banal père de famille employé de banque qui craque pour sa secrétaire. En l’occurrence, Johnny était tombé pour une collègue post-ado bisexuelle à la beauté renversante rencontrée sur un tournage. Banal, triste, nul. Et c’est à CE moment que nous avons ouvert les yeux. Et vu sous la quincaillerie, les chapeaux troués, les gilets de notaire élimés et les bagouses Claire’s accessories, la bedaine, le teint cireux, les cheveux gras, le cou épaissi et l’air hagard de l’idole vieillie, traînée bêtement par sa jeunette sur le tapis rouge, comme un papi un peu perdu, poussé à papouiller sa promise devant les photographes, lui historiquement si discret. Qu’est-ce que vous voulez, ça fait plaisir à la petite, de jouer au couple glamour sous les flashs. C’est qu’il faut l’impressionner, assurer. Alors Johnny a jeté aux orties tous ses beaux principes de rebelle, définitivement opté pour ce look suspect finalement pas loin de celui de l’autre Johnny (ouais, Hallyday). Et qu’il vendit, enfin, son âme au diable, signant pour une marque de luxe, vendant son image au grand capital pour mieux récupérer un peu de ce sex-appeal qui fit tant rêver la donzelle, laquelle collectionnait selon ses propres aveux les posters de la star dans sa chambre de jeune fille.

deppamber

Alors, « sauvage », le Johnny quinqua ? Non. Vieux.

Tu sais quoi, Johnny ? On aurait bien aimé que tu vieillisse paisiblement à l’ombre d’un olivier avec toute la petite famille plutôt que Lily-Rose pose à 16 ans pour Vogue un pétard dans les cheveux ou que tu crânes bêtement avec la coupe de Sean Penn et la chemise à Garcimore pour un parfum idiot.

Las, les amours de jeunesse, c’est vrai qu’il vaut finalement mieux ne pas les revoir…

Allez, adieu, Johnny !

4 réflexions au sujet de « Non, Johnny Depp n’est pas sauvage. Il est vieux. »

    • il s’est piégé lui même, il nous a toujours laisser voir son coté marginal , se démarquer !
      il s’est doucement englué dans ce star system !!
      et cest dommage effectivement

  1. Tu sais de quoi je suis le plus fière ? D’avoir toujours trouvé Johnny Deep moche, haha! J’avais sans doute le pressentiment de ce qu’il allait devenir. Il prend la même pente que Johnny Halliday.

  2. Que dire…? Je suis tellement ravie que le hasard m’est amenée jusqu’à ce blog ! C’est mot pour mot ce que je pense de lui. Je ne supporte même plus de le voir lui et sa barbie. Je trouve qu’il est devenu sa propre caricature, un cliché Hollywoodien sur pattes avec sa trop jeune starlette avide de gloire. Je ne n’arrive pas à croire que j’en fut fan pendant des années. J’ai comme le sentiment qu’il nous a tous menti. Le rebel, l’écorché vif, l’acteur caméléon..Tout ça. Ni rebel, ni écorché et même côté cinéma, il s’est éteint il y a 10 ans au moins. Merci pour ce topic qui fait du bien à une grande déçue de Johnny Depp.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s