Sushi B : un voyage culinaire au Japon à prix (presque) abordable

oeufs

[Mise en garde : ce contenu s’adresse à un public averti. Détestateurs de food porn s’abstenir]

Pour situer, de nos jours, à Paris, pour s’offrir le plaisir d’un vrai japonais tradi avec maître sushi, démo en live et tutti quanti, il faut débourser en moyenne 200 euros par tête de pipe. Hein ? Quoiiii ? Mais moi chez Matsuri… Et mon beau-frère chez Planet sushi… Passez votre chemin gastronomes impies qui prenez des vessies pour des lanternes, et de vulgaires chinois à l’avocat généreux pour des nippons au génie ancestral.

Hier donc, pour l’anniversaire de mon concubin, nous nous sommes rendus chez Sushi B, lequel eût pu/du choisir un patronyme un peu moins convenu à mon sens mais passons. Situé rue Rameau, à quelques encablures de la rue Sainte-Anne bien connue des amateurs de culture japonaise, le restaurant de Masayoshi Hanada en jette. Face à un charmant petit parc, il est planqué derrière une porte close. Pour entrer, on sonne, la porte coulisse alors qu’une souriante jeune femme nous accueille dans l’antre à dégustation comme dans un dessin animé de notre enfance (la mienne, en tous cas). Autour d’un petit comptoir (8 place) sont installées de très chic japonaises. Au centre, le chef attend, couteaux au poing, ses grandes boîtes en bois remplies de poissons somptueux, les réjouissances peuvent commencer.

Le midi, 3 menus au choix : l’un à 53 euros, l’autre à 90 et le 3e à 135. Nous optons pour le menu « déjeuner » à 90 euros, lequel annonce des amuse-bouche, une entrée, un plat, des sushis et un dessert. Ca fait maigre, pensez-vous comme mon convive et moi qui aurions pu allègrement bouffer le comptoir. Il est 13h45, on starve. Et pourtant, faites confiance au maître des lieux, ici, tout est calculé.

En boisson, nous choisissons le thé grillé à volonté (encore heureux pensez-vous, et vous n’avez pas tort) alors que tadadam débute l’expérience. Attachez vos serviettes, saisissez vos baguettes, le voyage peut commencer. Et quel voyage.

Un premier amuse-bouche : une étonnante bouchée de tofu chaud et fondant fils d’un shamallow qui aurait rencontré un fromage doux à Tokyo :

tofu2

Puis une boulette de thon dans son bouillon pimenté-cibouletté.

boulettedethon

Un tartare de bar wasabi orné de petits morceaux de foie de lotte (un peu comme du foie gras)… Un poisson fondant à tomber accompagné de ses radis vinaigrés que j’ai oublié de prendre en photo tant il vécut peu de temps. Plouf. Apati le poisson, comme dirait mon fiston.

Ces amuse-bouche m’ont mis en appétit (sans vous parler de mon voisin qui tressaute discrètement sur sa chaise confortable en laine grise) alors que les japonaises à notre gauche enchaînent les sushis. Je commence à avoir peur qu’on nous ait oubliés. Je tente des regards implorants à mister samouraï qui, derrière ses lunettes rondes, fait mine de ne pas comprendre. Jusqu’à ce que…

Sushi de dorade

sushiseche

Pour les non initiés, sachez qu’un vrai sushi (donc pas ceux que vous commandez et recevez gelés, fine tranche de poiscaille inoffensive ou nervurée écrabouillée sur une très épaisse couche de riz frigorifié compacté) doit recouvrir entièrement le le riz. Celui-ci est à température ambiante plus un ou deux degrés, non pâteux, et recouvert d’une tranche épaisse, souvent incisée et assaisonnée par le chef lui-même, au pinceau et dans les règles de l’art, de sauce soja. Réclamer un bol et sa sausauce, c’est un peu comme couper la salade en France, les spaghetti en Italie ou saucer son assiette en fin de repas. Bref, ploucos. Place à la suite…

La Saint-Jacques (à se rouler par terre, failli pleurer)

sushithongras

La langoustine nacrée perfect, et son corail iodé (mon keum a failli pleurer, moi j’avais déjà quitté la sphère).

sushilangoustine

 

Le thon rouge (cherchez pas, aucune relation avec son cousin sushi shopesque)

sushithon

Le thon gras (un peu comme un bœuf de Kobé, autant vous dire qu’il n’est pas même besoin de croquer dans ce sushi-ci – répétez sushi-ci sushi-ci – tant il fond immédiatement dans votre bouche).

sushistjacques

Entre chaque bouchée touchée par la grâce, vous pouvez « laver votre palais » en croquant dans le gingembre déposé sur le coin de votre assiette. Non, il n’est pas rose fluo. Quant au sushis, et puisqu’on vous a proposé la fameuse petite serviette brûlante pour vous laver les mains avant votre repas, vous êtes tout à fait autorisé (pour ne pas dire invité) à les manger à la main. En une bouchée ! Pour les nettoyer entre chaque, une minuscule serviette fraîche pliée en origami et coincée dans une coupelle de taille idéale est discrètement placée à votre côté. On continue ?

Suivront la bouchée de riz aux œufs de truite des mers à déguster à la petite cuillère de bois (en photo d’illustration), l’omelette japonaise, la sèche échevelée…

sushivraiesecheLe Temaki (non californien) tendu de la main à la main, à manger comme un sandwich dans sa feuille d’algue croustillante (et non caoutchouteuse) dont j’entends encore crépiter la fraîcheur au moment où j’écris. Scrouitch scrouitch.

maki

Et enfin, parce que c’est ainsi qu’on fait quand on est japonais, la soupe miso qui vient clore ce joyeux ballet béni des dieux de la gastronomie. Concentrée, servie à température idéale, elle ferme doucement la porte de notre estomac ni trop repu ni affamé.

miso

Un petit besoin de sucré ? Place au dessert, tout en délicatesse et subtilité lui aussi : une quenellette de glace au riz, très peu sucrée, posée sur un habile mix de caramel de sauce soja sucrée et salée, qui ferait passer nos meilleurs caramels au beurre salé pour de la mélasse industrielle.

Pendant tout ce temps, placés devant l’artiste, nous avons observé ses gestes gracieux, ses découpes soignées, ses petits coups de serviette dans nos assiettes dès lors qu’un minuscule élément semblait avoir quitté la place exacte qu’il devait censément occuper, le tout dans une ambiance zen et coupée du monde (quoiqu’assez peu joyeuse). Dehors, il fait beau, mes papilles sont encore toute retournées, comme mon portefeuille, certes mais je vous le dis comme je le pense, quitte à économiser longtemps pour se faire un étoilé, ou offrir un massage de luxe à une amie épuisée, pensez-y. Il est une expérience que tout amateur de bouffe et de japonais devrait au moins une fois dans sa vie tenter : sushi B.

4 réflexions au sujet de « Sushi B : un voyage culinaire au Japon à prix (presque) abordable »

  1. Oh, je ne le connais pas celui là à Ste Anne, mais il fait grave envie!
    Sinon, pour l’anniv de mon homme hier, comme pas de nounou parce que je m’y suis prise au dernier moment, ca s’est fait autour de « hamburgés » (oui telle est l’orthographe) de chez big Fernand, ramenés à la maison, dont nous nous sommes fait spolier des croc’ et des frites par 2 mouflets sensés se nourrir de choses saines, mixées et faites maison!

    Merci pour cet article en tout cas, car mon entourage ne comprend pas pourquoi je ne les accompagne pas au jap’. C’est pour toutes les raisons citées dans cet article. Ayant vécu au Japon je sais ce qu’est un sushi digne de ce nom.ca me fait mal au Coeur de voir comment le sushi est martyrisé ici. Avis aux amateurs, le traiteur Okame rue du fbg st Honoré (côté Ternes), est top: Véritable nourriture japonaise, sushi d’excellente qualité…le personnel de l’ambassade du Japon située dans le quartier y va.
    Et pour info, le « maki » comme un sandwich, c’est le « Temaki sushi »: Te= main; maki=roulé.
    Merci Adèle, toujours aussi fan. C’est quand la suite des grandes et des garçons?

    • J’adore Okame, j’y allais très souvent quand je travaillais à côté ! Et merci pour le temaki, mon cher et tendre m’avait justement fait la réflexion honte sur moi *rouge*. Merci aussi pour tous ces compliments *rerouge*. La suite devrait sortir en mai, au moment de la parution des deux premiers en poche🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s