Les Bleus sont-ils atteints du syndrome Gilles de la Tourette ?

Ayé, nous voilà donc éliminés de cet Euro 2012 après un match fantomatique face au tenant du titre, lui même en petite forme. En bref, la France s’est fait battre mollement par une petite Espagne, échappant ainsi à une boucherie allemande ou une humiliation italienne, au choix, ce qui n’est donc pas forcément un mal. La déception n’est elle-même pas bien grande puisque, après la piètre prestation de cette promotion 2012 contre la Suède, les espoirs étaient plus que minces.

Finalement, arriver en quarts deux ans après Knysna, c’est déjà pas si mal et ça laisserait presque de l’espoir (à trèèèès long terme) pour l’avenir d’une équipe en reconstruction. A moins que…

A moins que le mal étrange qui semble toucher certains joueurs ne s’étende subrepticement comme il semble le faire d’année en année. Rappelez-vous comment le fiasco de 2010 avait commencé : Nicolas Anelka, charmant jeune homme appelé en Equipe de France par le très consensuel Raymond Domenech avait sans prévenir « pété les plombs » et lancé au pauvre homme sans défense : « Va te faire enculer sale fils de pute« . Qu’arrivait-il au toujours humble gaillard de Chelsea ?

Nul ne le savait alors et pourtant… Connaissez-vous le syndrome Gilles de la Tourette ? Cette affection neurologique incommodante se traduit la plupart du temps par de « simples » tics ou gestes aussi saccadés qu’inattendus mais, dans 20% des cas, pousse le sujet qui en est atteint à employer sans prévenir un vocabulaire obscène, voire à insulter passants, inconnus ou vendeurs (ou coach ?) de manière totalement incontrôlée et imprévisible. Pauvre Nicolas, c’était donc ça dont il était atteint. Et nous qui croyions que c’était un sale gosse insoumis, grossier et déconnecté de la réalité. Mea culpa, Nico, t’es un mec en or. Malheureusement, son cas ne devait pas rester le dernier… Alors que tout se passait merveilleusement bien dans la sélection de Blanc, l’étrange symptôme semble s’être emparé d’autres malheureux joueurs sans défense. Samir Nasri fut la première victime de cet Euro 2012. Non, pas Samir ! Le coeur sur la main, toujours disponible pour les supporters, jamais un mot plus haut que l’autre, Samir ou l’incarnation du respect allait déraper… Contre l’Angleterre, juste après avoir marqué, et alors que ce grand monsieur du football aurait dû profiter de ce beau moment  avec ses coéquipiers, voilà que le mal s’est réveillé ! « Ferme ta gueule ! » furent ses premiers mots, malencontreusement lâchés face à la tribune des journalistes. Quel malentendu ! Saloperie de Tourette (merde ça déteint. Han, pardon. Putain putain).

Quelques jours plus tard, contre l’Espagne, c’est Jeremy Menez qui était touché. Alors que l’arbitre le sanctionnait, Jeremy le gentleman parisien s’entendait prononcer ces mots odieux à l’égard de l’officiel italien : « Va te faire enculer« . Pas Jerem’ non ! Honteux, désolé, l’homme est alors submergé par l’émotion, mais ne laisse rien paraitre. L’histoire aurait pu en rester là mais il semble que la maladie ait gagné du terrain chez Samir qui, en zone mixte, subissait quelques instants après une de ces crises que seuls les sujets atteints du syndrome Gilles de la Tourette connaissent : « Va te faire enculer, va niquer ta mère sale fils de pute », l’homme était comme envoûté , et ces mêmes mots qui avaient pris possession d’Anelka deux ans auparavant venaient entacher la réputation de ce modèle de politesse. Et la presse de s’offusquer injustement du comportement de ces sportifs exemplaires. Messieurs et mesdames les journalistes, un peu de décence. Ces hommes sont malades, et souffrent. Le coach peine à les contenir et souhaite garder le secret sur ces tics incontrôlables. Alors qu’il leur avait appris qu’ils partaient à la Donbass Arena, certains joueurs étaient entrés en transe « Donbass BOMBASSE PUTE PUTE SALOPE ! ». Depuis, Blanc leur a imposé le silence, raison pour laquelle, à leur retour en France, la plupart des internationaux ont foncé vers leur taxi sans saluer les supporters qui les attendaient sous la pluie depuis plusieurs heures. Question de respect. Et les Français qui se gaussent, se partageant cette blague potache : « J’ai un point commun avec Zahia : la dernière fois que les Bleus m’ont fait plaisir, j’étais mineur ». Haha, c’est ça moquez-vous. C’est drôle, hein, de rire des gens qui souffrent en silence ? Footage de gueule.

Faut-il donc considérer que seul le talent compte, et laisser les Bleus de Blanc voir rouge au vu et au su du monde entier qui pourrait faire l’amalgame entre ces merdeux grossiers (contre leur gré j’entends bien) et le peuple français dans son ensemble ? Faut-il laisser nos enfants prendre pour exemple des petites frappes insoumises à toute autorité ? Faut-il laisser imprimer en lettres de feu sur les Une des kiosques ces horreurs crânement proférées ? Ce soir, la France s’interroge en pansant ses Bleus à l’âme… et aux oreilles.