« Thierry ou l’Optimisme », de « L’Amour est dans le pré »

De vieux souvenirs du lycée vous auront, par ce titre, rappelé les heures ennuyeuses à essayer de comprendre le pourquoi du comment de « Candide ou l’Optimisme » de Voltaire, petit opus un peu daté que la plupart d’entre nous ont dévoré en version « profil de l’œuvre » la veille de leur oral de bac Français.

Et pourtant, si nous avions pu prendre pour exemple illustré Thierry, le candidat star de la version actuelle de « L’Amour est dans le pré », peut-être aurions-nous mieux compris où l’ami Voltaire voulait nous emmener.

Thierry est agriculteur. Naïf et pur, Thierry est le candide du programme. Occupé par ses terres et l’éducation de sa fille, Thierry est veuf, simple et cherche l’amour, qu’il ne peut trouver dans ses contrées. Survient alors sa rencontre avec Annie (Cunégonde dans le récit de Voltaire), qui le conduira à effectuer un voyage initiatique hors de son Eden. Le récit de cette formation aura été celui du dernier épisode en date, dans lequel nous avons pu suivre notre héros à Sarcelles, fief de son aimée.

Thierry prend le RER

A l’aise chez sa promise comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, notre star du tracteur va pourtant de découvertes en découvertes  avec un enthousiasme et une curiosité qui feraient passer François Hollande pour un nazi. Arrivé dans la cuisine d’Annie, Thierry est tout coi. Les casseroles, elles z’ont pas de queues. « Chez nous, les casseroles elles ont des queues, c’est comme les bonhommes. ». Patiente, Annie fait découvrir à Candide les manches amovibles. Eh oui, on a tort de croire que notre monde est le meilleur des mondes possibles… Plus tard, le chien d’Annie se jette sur notre agriculteur avec entrain. « J’espaÿre tu vo m’asseptaÿ et tu vo po me mangaÿ le zizi d’main matin » (= « J’espère que tu vas m’accepter et que tu ne vas pas me manger le zizi demain matin »). On espère aussi ; la ville, c’est plein de dangers.

Le lendemain, le chien n’aura finalement pas mangé le zizi de Thierry. Et pourtant, notre homme semble bien ragaillardi (merci Annie), regonflé à bloc pour partir à la découverte de Sarcelles, la ville de notre ami DSK. Arrivé dans le RER, notre agriculteur apprend à utiliser un ticket de métro. Quant à sa blonde, elle crâne à mort avec son pass Navigo, histoire de lui en mettre plein la vue.  Eh bha le RER, Thierry, il va trouver ça « magique »… Prenez-en de la graine, usagers aigris des petits matins gris. Au marché de Sarcelles, Thierry est comme un gosse à Eurodisney : « Oh, des fruizessotiques ! » (il n’en a pas, en Normandie).  En plus, Thierry est plein de bons sentiments parce que, lorsque les équipes de M6 l’interviewent sur son voyage initiatique, il dit que ses amis l’avaient mis en garde contre la délinquance en banlieue parisienne et que finalement bha c’est tout le contraire ! Thierry président ! (d’ailleurs, on se souvient qu’au dernier salon de l’agriculture, notre candidat avait volé la vedette à François Hollande).

Quand Thierry meets Justine…

Autre star du programme : Justine, incarnation allégorique du Mal (Pangloss, dans le conte philosophique). Or, lors de leurs séjours respectifs à Paris, les deux protagonistes se sont fortuitement rencontrés sur un bateau-mouche. Comment ne pas voir dans cette scène la métaphore induite du duel entre le Bien et le Mal ? Gênée, le Mal avait déjà honte de se coltiner un bouseux en plein Paris mais l’apparition de notre Télémaque des temps modernes l’ébranlera encore davantage.  Vaincue, elle baissera sa garde sur Twitter pour la première fois, affichant son soutien au chouchou du public. HAHA, tremble, force du Mal.

Il faut cultiver son jardin

Envoyés par la prod à la montagne, Anne et Thierry ne sont alors qu’émerveillement, amour et foi en l’avenir. Près d’une rivière, Thierry s’écrie soudain : « Je mettrais pas mon zizi dedans hein passque HA HA lé tell’ment froide han que j’prefere y mett’ les pieds! », ponctuant les roucoulades par  ses légendaires saillies à caractère « brut de coffrage », comme les qualifiait récemment un internaute.

Il y a quelques semaines, Candide et Cunégonde se sont épousaillé en la commune de Ver, spoilant ainsi le bilan saisonnier de ce soir. De retour en terre originelle, notre homme a repris sa place dans le meilleur des mondes, enrichi de ces nouvelles expériences qui l’auront finalement amené à la simple conclusion qu’il faut cultiver notre jardin, opposant ainsi clairement l’activité aux discours inutiles, bien loin des rêves de l’Eldorado.

Bilan de cette septième saison ? Pour vivre heureux, vivons simplets.

« Nouveau look pour une nouvelle vie » – de l’intérêt de regarder un mec se faire épiler l’intérieur des narines

Lundi soir, l’émission « Nouveau look pour une nouvelle vie » nous proposait de suivre deux nouveaux candidats au relooking, tous deux coachés par l’inénarrable Cristina Cordula.

Pour ceux qui ne connaissent pas le concept de l’émission, il s’agit de redonner goût à la vie à des hommes ou des femmes fâchés avec le shopping, leur corps, les coiffeurs et tout ce qui touche de près ou de loin à la coquetterie. Mères de familles engluées dans leurs kilos de grossesse, devenues grandes consommatrices de joggings jetés sans les regarder dans le caddie des courses hebdomadaires chez Auchan entre les petits suisses et les serviettes périodiques, de femmes traumatisées par des ruptures difficiles, ayant laissé en jachère leurs tignasses bicolores (et dont on n’ose imaginer l’état pileux du reste du corps), gothiques hors-normes incapables de trouver un emploi ou simples handicapés du style, ils désirent tous passer entre les mains de la fée Cristina pour retrouver leur confiance perdue, et plaire à nouveau (ou pour la première fois).

A l’instar du Grand Frère, de Belle toute nue ou de Cauchemar en cuisine, par exemple, le coaching des candidats se déroule selon un rituel immuable. Soumis au jugement d’abominables bobos parisiens filmés en micro-trottoirs rue Montorgueil, les « pouilleux » (comme l’a qualifié la grand-mère de Philippe, geek craspec à la touffe laineuse rendu à la vie lors de l’épisode en question) comprennent alors qu’ils sont « ternes », « invisibles », « démodés », « pas attirants ». Prise de conscience. « C’est dur à entendre », disent-ils toujours. Sérieux, tu t’y attendais pas ?

En phase 2, la superbe brésilienne, perchée sur ses talons de dix, dandinant son cul famélique dans d’outrageuses jupes crayons au son joyeux de ses créoles emmène alors nos malheureux épouvantails se faire épiler les sourcils. « C’est fou comme ça chaaaange. Haaaaan » (sans déconner). Hier soir, ledit Philippe, souffrant d’une pilosité hors-norme, s’est vu offrir une épilation à la cire des joues puis de l’intérieur des narines. Mythique. Et gênant (un vague sentiment de « mais je regarde quoi, là ? »). Dernière étape : direction le salon de coiffure. Balayage, volume, brushing, Massatto fait des merveilles sur les trois poils filasses et gras qui servent bien souvent de cheveux à ces Natasha Kampush du séchoir. Hier, et pour la première fois, le coiffeur a cru devoir abandonner. Philippe portait un nid sur la tête. Jamais il ne s’était brossé les cheveux (« sinon la brosse elle se coince »), lesquels étaient de surcroît crépus, longs et emmêlés. Résultat ? Les ciseaux ne sont pas parvenus à couper, même grossièrement, la pelote malodorante. Gêne du spectateur, qui comprend alors que la boule de poils capillaires contient peut-être des bouts de riz, des stylos ou tout autre objet qui n’aurait un jour pas trouvé sa place dans une poche…

Ensuite vient le choix des vêtements. Cristina doit tout d’abord décider de la morphologie du candidat, qu’elle annonce avec solennité et aplomb. « Tou es un H / un Y / un I… ». Sympa, elle ne dit jamais la vérité : ils sont en réalité souvent des losanges, ou des bouteilles d’Orangina. Fort de cette découverte, le débutant ès mode va se voir affubler d’une ribambelle de guenilles censées mettre en valeur ses qualités, tout en masquant ses défauts (ainsi que le conseille également William, le coach de « Grosse toute nue »). Veste rouge, ruban à pois, chaussures à grelots, Cristina en fait trop esssprès ma chairie, pour que tu te rendes compte que ça te va pas DOU TOUT ! Au final, les mamans engluées finissent bien souvent avec une longue tunique brodée mettant en valeur leur « belle poitrine » (entendez grosse), tout en soulignant leurs jambes fines (=  « plus minces que le reste »), le tout caché sous une veste léopard/en cuir / zébrée, ajoutant une touche rock et djeuns à l’ensemble. Endimanchées et brillant de 1000 feux, elles partent alors rejoindre leur conjoint qui pleure immanquablement de joie et de soulagement (SYMPA !!).

Toujours, et quel que soit le degré de marginalité du cobaye sélectionné par la prod’, Cristina parvient à faire des miracles. Appartements insalubres nettoyés par deux expertes, intérieurs boursouflés et bibelotés à l’extrême home-stagés par Stéphane Plaza, logis délabrés stickerisés par Valérie Damidot ou duvets douteux exterminés par Cristina Cordula : M6 a trouvé son filon, celui du avant-après. De « vrais gens » en situation désespérée, pire même que celle du téléspectateur (-> brossage dans le sens du poil, désangoissement), sont extraits de leur marasme malgré tout et « contre toute attente » (-> bonheur).La fée M6 peut rattraper n’importe quelle catastrophe, vous changer en bombe en deux jours, refaire votre intérieur en une semaine et même vous trouver un nouvel appart de ouf dans votre budget  frais de notaires inclus. Quant à Cristina, elle rejoint, avec Plaza, Damidot et Lemarchand le cercle très restreint des animateurs indésolidarisables de leurs émissions, celles du coaching bonheur, bien-pensantes et à l’abri des critiques qui se multiplient envers la télé-réalité dite « poubelle ».

Longue vie à Cristina, longue vie à Nouveau look !

C’est regardable, l’Inventeur 2012 ?

Certains soirs, lorsque la désert télévisuel s’étend à l’infini jusque sur la TNT, on est alors contraint de regarder l’UNFP en différé (et donc de participer activement aux larmes de joie de Jérôme Rothen recevant son trophée de meilleur joueur de ligue 2). Puis,  lorsque les footeux encravatés, gominés et boucles-d’oreillés rendent l’antenne, et qu’on a supporté à nouveau un zapping désolant, eh bien on n’a alors d’autre choix que de s’arrêter quelques instants sur la nouvelle réal-tv de M6, fût-elle fort peu enthousiasmante.

L’Inventeur 2012, pas très sexos. Autant que de bouquiner un magazine de bricolage gratos reçu dans sa boîte aux lettres parce qu’on a vraiment tout lu le Voici.

Et donc, c’est comment ? En gros, comme dans Top Chef ou The Voice, un juré composé de 4 personnes (3 hommes + 1 femme,  selon la règle originelle dite de « La Nouvelle Star saison 1 » – au passage, merci pour la parité ! En espérant que Francois Hollande prendra 5 minutes pour remédier à ce machisme real-télévisuel ancestral) juge du haut de sa grande expérience du domaine des candidats émus à l’extrême et sûrs de leur talent.

Ici, point de chanteurs multi-octave ni de danseurs sautillants, encore moins de chefs chevelus. Non, dans « L’Inventeur 2012 », les candidats, c’est vous ou moi qui aurions eu une idée révolutionnaire – ou pas…

Du coup, et puisqu’on a toujours plus d’empathie pour ce qui nous est proche, on y ressent très désagréablement la pitié et la gêne, plus souvent encore que la compassion. Car ponctuellement, un petit pépé sympatoche vient défendre le projet de toute une vie, celui dont il parle obsessionnellement à sa famille tous les dimanches depuis 15 ans, à tel point que personne ne se rappelle avoir pu déguster l’agneau dominical sans avoir à évoquer des heures durant le nouveau système de lame élaboré par papi pour sa machine à râper le fromage d’une main. Et lorsque, après avoir vanté les avantages de ladite râpe devant un jury circonspect, voire carrément méprisant, le pépé sympatoche se prend quatre « non » catégoriques qui mettent publiquement à terre ses espoirs et les milliers d’heures passées dans son garage sa révolutionnaire l’invention, bha moi ça me serre la gorge et ça me pique les yeux. Limite j’en pleurerais autant qu’en voyant Rothen recevoir son prix. Limite j’achèterais une râpe à 360 euros pour que le pépé ait pas trop la tehon en rentrant chez lui.

Heureusement, certains réussissent à convaincre le jury et passer les étapes de la compétition. Parfois, ils le font avec l’aide du cocasse « panel de consommateur » chargé de décider, en cas d’égalité, du sort d’un inventeur. Panel conso, encore un truc qui fait très « France normale« . En fait, « L’Inventeur 2012 », c’est super tendance ! Le coté « tout le monde a sa chance » (pas besoin ni d’avoir un don ni un physique exceptionnel), la caution entrepreunariale en plus, c’est so 2012 !

Au final, auront été retenus après cette première sélection un casse-noisette à propulsion chanmé auquel je crois beaucoup (voir la vidéo) :

 un four à cuisine solaire un peu cher, une machine à lait infantile genre Nespresso dont on n’a pas bien compris la réelle utilité, une canne pour aveugle et un four à pizza portatif. Bref, point de fil à couper le beurre pour le moment, dont on se demande d’ailleurs au passage qui a décidé un jour qu’il serait l’emblème de l’invention… Sérieusement, le fil à couper le beurre, c’est quand même pas la roue, et comme dirait le jury, « on s’en sert pas tous les jours, je vois pas un gros marché ».

Digression refermée, et pour répondre a l’intitulé de départ, s’il n’y a rien d’autre, et qu’on se sent d’humeur twitteuse, L’Inventeur 2012 se regarde tout à fait. En gros, dans le PAF, L’Inventeur 2012 serait le cassoulet du genre : vieille France, ploucos et un peu culpabilisant mais quand même beaucoup moins qu’un grec (cf. « Tous différents » sur NT1, diffusé également le lundi soir)…

Les secrets de Pékin Express 2012 – le passager-mystère : debrief de l’avant-première…

Hier soir, j’ai été gentiment invitée par la chaîne M6, en compagnie d’autres blogueurs et blogueuses, à voir les premières images de « Pékin Express » en avant-première. Ouah, la chance, hein ? La question que je me posais secrètement, en bonne star-loveuses que je suis : Stéphane (Rotenberg) serait-il là ?

Me voilà donc confortablement installée dans une salle de projection à côté de Insiiide, grâce à laquelle j’ai été introduite dans le saint des saints. Comme nous sommes arrivées en retard, et que la projection avait déjà commencé devant une salle hilare, je n’ai pas pu tout de suite distinguer les participants… jusqu’à ce que… « Rho hihihi, Insiiide, regaaaaarde ! – CHUT – Regaaaaarde c’est Stéphane ! ». Regard compatissant d’Insiiide… Bon, j’avoue avoir pas mal zieuté  pendant l’extrait (genre « Tiens, Stéphane sourit ! » « Oh il rit comme il est sympa ! ») mais voilà ce que j’ai pu rapporter pour vous en avant-première :

Alors déjà, bonne nouvelle, trois binômes de la saison 7 sont dans la place : les frères Belges (mais si, les quasi jumeaux à l’accent énervant qui répétaient à l’envi « on the road again » – bha là « again », pour le coup -, très forts en sport et battus sur le fil par les dandys), les dandys Jean-Pierre et François, justement (et donc derniers vainqueurs en date) et le couple « atypique » formé par Noëlla, la très grande blonde, virile et sympathique et son mari Damien, bonhomme moustachu, rigolard et un peu pataud. Pour le reste, on a Jessica et Frédéric, les fiancés marseillais de la saison 5 séparés aujourd’hui mais repartis ensemble dans l’aventure bien qu’elle ait « refait sa vie » (qu’en pense son actuel ? Mystère…) et Cécilia la nerveuse avec son nouveau mec. Nous avons pu suivre les équipes à Séoul, dans la métro, contraintes de se mouvoir avec un handicap de taille : faire garder à l’un des deux coéquipiers son bandeau. Sous le regard inquiet, médusé ou impassible de nuées d’asiatiques, certaines scènes savoureuses vous raviront, telles l’un des frères belges se prenant un guichet de billetterie en pleine face, ou Noëlla et Damien hurlant sur le quai « Fran’che tivi ! Tivi chaud ! » (rappelons qu’ils ne parlent pas un mot d’anglais…).

Quid du passager mystère, me direz-vous ? La grande famille de M6 a sorti l’artillerie lourde, puisque la quasi intégralité des présentateurs maison va venir passer son petit week-end sur le tournage, accompagnant à chaque fois une équipe, faisant alors office de booster ou de boulet, selon, et servant habilement le programme grâce à l’injection d’une bonne dose de comique de situation non négligeable (puisque seul le passager-mystère est habilité à faire du stop, partie de l’épreuve la plus propice aux échauffements  les plus historiques). Vous pourrez donc suivre Stéphane Plazza le bien-aimé à nouveau en short à poches, Faustine Bollaert, plutôt avantagée par la nature et sautillant de longues minutes en tee-shirt blanc derrière les voitures pour le plus grand plaisir des téléspectateurs masculins, Mac Legsguy la caution geek, Grégory de Top Chef 1, les nanas de « C’est du propre « , la belle  Sandrine Corman ou encore William Carnimolla, manifestement révélation du programme (imaginez un WMCY short en jean taille haute, mini marcel rentré, bretelles, crête laquée et déhanché étudié subitement chargé de 3 grands rondins de bois de la taille de cocotiers pour un treck de plusieurs heures, harcelé par des inconnus hystériques lui hurlant « Viiiiiite – Mais putain laisse-le faire à son rythme ! ») Vous sentez que William va pleurer ? Brisons le suspens, oui, William va pleurer… On (je) regrettera juste l’absence de Môsieur Cyril Lignac le jeune chef  médiatique et sympathique… et maintenant étoilé rappelons-le au passage, qui aurait parfaitement eu sa place dans ce programme, mais il était peut-être en Corse ou que sais-je encore et puis de quoi je me mêle ?

Bref, du bien prometteur et croustillant pour ce « retour des héros » version Pékin. Applaudissements fournis dans la salle, et prise du micro par Stéphane. Après un mitraillage en règle dont il semble que tout le monde trouve ça normal, plein de gens ont posé plein de questions à Stéphane, qui a mis plein de temps aussi à y répondre parce que Stéphane, depuis qu’il a pris l’habitude de meubler pendant tout le temps qu’il faut pour cuisiner un repas pour 200 personnes (« Ca a l’air bon c’est quoi ? C’est chaud ? Du bœuf ? Du bœuf d’où ? Houlala vous semblez stressé je me trompe ? »), ça a l’air de lui être resté. Ca doit lui faire bizarre à sa meuf parce que le mien, c’est plutôt du genre « oui » « non » mais ça, c’est une autre histoire. Donc en gros ce qu’il dit Stéphane, c’est que la saison 2012 parcourt deux hémisphères, trois continents (classe !), qu’on y rit beaucoup, que les passagers-mystères n’ont su que 5 jours avant le départ où ils allaient (coucou « Voyage en terre inconnue » !), que dans Pékin, la capacité à se faire aider est un élément fort (cf. Noëlla et Damien pas forcément favoris mais c’est pas dit), qu’il ne teste pas forcément les épreuves comme Denis parce qu’ils n’ont pas forcément le temps avec l’installation et tout ça, que l’équipe de l’émission compte 120 personnes et qu’il faut 6 mois pour la préparer. Ah ouais, je comprends pourquoi il est si mince, Stéphane, il bosse 6 mois jours et nuit et après il part boulotter du riz dans des lieux à tourista… Pas con.

Sur ce, je pars au buffet.

Et ce soir, ne manquez surtout pas Pékin Express, le passager mystère, 1er épisode !

Debrief de « La Belle et ses princes presque charmants » ou Marine et les moches

Sur les conseils de mon amie et agent Cécile Escaich (name-dropping !), je me suis forcée à regarder le 4e épisode de la dernière télé-réalité qui buzz, « La Belle et ses princes presque charmants » (nom de code #lbesp sur Twitter), diffusée sur W9.

Le concept ? Une nana pas trop mal mais pas non plus à se taper le cul par terre, Marine, est venue pour « trouver l’amour ». Comment Marine pensait-elle être une énième et classique bachelorette, 5 ans après l’original, et non l’objet d’un abominable nouveau concept venu des States ? Mystère… En même temps, Marine a l’air vraiment naïve et fraîche, accordons-lui donc le bénéfice du doute. Le jour de son arrivée, alors qu’elle s’attend à voir débarquer une ribambelle de bellâtres, Marine déchante. L’abjecte et machiavélique PROD lui a réservé une belle moche  surprise : ses prétendants sont plutôt cheums, voir impéchables même un lundi soir de déprime après plusieurs années de disette sexuelle. On compte parmi eux un obèse, un rouquin malingre, un chuinteur (qui répète « oh punaige, oh punaige », à tout bout de champ), un zozoteur acnéique et un déséquilibré rosâtre.

Visiblement, pendant les premiers épisodes, Marine a appris à « découvrir» ses prétendants (et leurs « univers ») qui, puisqu’ils sont moches, sont forcément gentils et intelligents. Bha oui ! C’est comme les gros qui sont tous drôles et les vieux pleins d’empathie, c’est bien connu.

Pourtant, pendant l’épisode précédent, et alors que certains des puceaux commençaient sérieusement à ne plus pouvoir se contenir au moindre regard de la belle, se prenant à espérer qu’enfin, ayant eu la chance d’être découverts « pour eux-même », ils pourraient décrocher le cocotier et se taper une bombasse (ça ne vous rappelle rien tous ces bons sentiments ? Mais si… pensez à Claire Chazal. Mais siii… « Et vous, qu’auriez-vous fait à leur place ? »*), nouveau coup de théâtre. La sadique PROD abat encore une carte en faisant rappliquer des… « beaux ». Attention, huge guillemets. Les beaux sont d’absurdes strip-teasers chômeurs gonflés à la salle de gym low-cost pendant leurs longues après-midis d’ennui dans leur province éloignée, ravis de venir trainer leur corps body-buildé et leur crête collée à la Cléopâtre dans un programme diffusé sur la petite sœur d’une chaîne nationale. Vous vous en doutez, les beaux, comme ils sont beaux, sont très cons. Mais ça, pour le coup, c’est vrai.

La véritable thématique du programme est alors lancée, répétée à l’envi par le rédacteur de l’émission, visiblement pas peu fier de sa trouvaille : « Marine choisira-t-elle la beauté du corps ou la beauté du cœur ? » C’est beau, ce que tu dis, rédacteur…

Au moins c’est franc et dit : t’es moche, t’es gentil ; t’es beau, t’es con et méchant. Bhouuuu Ryan Gosling est bêêêête. Ce qui est marrant, c’est que les moches, entre eux, ne s’appellent jamais les moches mais « les anciens » (vs. les nouveaux), « les geeks » (sic) – alors qu’à part Pascal, très sympa au demeurant et pas moche, dont vous pouvez retrouver le débrief de son expérience sur www.luxsure.fr –, je pense qu’aucun d’entre eux n’a la moindre compétence particulière en informatique. Ils s’auto-nomment également… « les normaux » (la normalité a la cote !). Du coup, ils essayent de piéger les cons : « Ouais euh, si qu’on fait un Pictionnary ou un Trivial Pursuit, je me demande bien kiki va gagner ! ». Moi aussi, je me demande bien kiki.

Marine, dans tout ça, a l’air de trouver les « beaux » relous et les moches flippants. Enfin, surtout un qui a passé le cap du stalker depuis un petit bout de temps. Ludovic, qu’il s’appelle, le stalker. Il lui peint des toiles sur lesquels il écrit son nom « avec un cœur sur le »i » que si avec ça elle comprend pas qu’il l’aime rhirhi rhi rhi » – rire masturbatoire effrayant. Il se demande aussi, puisqu’elle l’a placé à sa gauche à table, « le côté du cœur », si c’est un signe (of course, Cupidon, tu crois quoi ?) et la mange méchamment des yeux, à se demander à quel moment la PROD a dû intervenir.

Ce que je retiens en tous cas c’est que Marine a gentiment confié à ses amis les moches, ses « chouchous », comme elle les appelle, qu’avec eux, elle n’avait « pas besoin de se mettre sur son 31 , [ce qui fait] du bien» (vlan !), et aussi qu’elle a dit au stalker qu’elle le trouvait « très spécial » (tu m’étonnes !). Quant à lui, il a eu cette remarque très juste en parlant du groupe des beaux : « On voit qu’c’est des gens qui zont pas peur des filles. » Contrairement à certains du groupe des « normaux » dont on se demande parfois s’ils ne vont pas avoir des problèmes techniques de mecs de 13 ans quand la Marine s’approche un peu trop près… Freaky.

Semaine après semaine, Marine, qui a un prénom pas facile à porter en ce moment, choisit de renvoyer chez lui un prétendant. Cette semaine, c’était… bha ouais, vous avez cru quoi ! Ma seule interrogation sur la suite du programme reste la suivante, puisque le groupe des « geeks » va se réduire à peau de chagrin épisode après épisode : va-t-il y avoir une réunification (et les promesse habituelles : « On n’élimine pas un normal tant qu’il reste un beau ! Ouais les gars whou ! ») ?

La réponse au prochain épisode de Marine, les normaux et les blaireaux. Et si vous ne regardez pas, mais que d’aventure on vous en parle, vous saurez quoi dire ! Merci qui ? Merci Kiki.

*L’Amour est aveugle

Interview : Les 10 vraies questions que tout le monde se pose sur Top Chef et sur Jean Imbert

Previously, dans Debrief, vous avez pu lire avec effroi comment Jean Imbert m’avait mis un gros wind. Vous m’aviez laissée sur le trottoir, le coeur en berne et le ventre plein. Mais les jolies histoires finissent toujours bien et Jean a fini par m’envoyer un mail pour s’excuser de son absence à notre rendez-vous à l’Acajou. Toute prête à accepter les excuses du très potentiel gagnant de Top Chef, je lui ai néanmoins réclamé une interview pour se faire pardonner, qu’il a acceptée de faire avec entrain. Et voilà comment, en exclusivité mondiale, j’ai pu poser pour vous les 10 questions qui nous hantent tous sur Top Chef ! Merci encore à Jean, très patient.

1/ Comment va se dérouler la finale ? Les candidats connaissent-ils les gagnants ?

Jean : Je n’ai pas le droit d’en parler. Tout ce que je peux dire, c’est que personne ne connaît le nom du gagnant, même pas nous, puisque les résultats sont sous scellés, et seront dévoilés le soir de la Finale.

2/ Les jurés mangent-ils froid ?

Jean : Franchement, ça dépend des épreuves. En studio, ils font vraiment des efforts pour passer goûter le plus vite possible et, la plupart du temps, ça ne pose aucun problème. Et heureusement car les saveurs peuvent changer selon la température du plat. En revanche, lors des épreuves en plein air comme à Cherbourg la semaine dernière, par exemple, ça a pu être le cas.

3/ Est-ce que les couteaux orange des éliminés ont vraiment une lame orange ou un sticker collé dessus ?

Jean : Haha, c’est quoi, ces questions ? Oui, c’est bien un sticker…

4/ Dormez-vous sur place ? Combien par chambre ?

Jean : Oui, on dort tous à l’hôtel, en chambre individuelle. On est super bien logés, honnêtement.

Etes-vous obligés d’y dormir ?

Jean : Pas du tout ! Moi par exemple, j’habite à Paris, ça m’est arrivé d’aller dormir chez moi mais bon, rarement, parce qu’on est tous la tête dans le guidon à potasser 24/24h nos livres de cuisine, qu’on a dans nos chambres d’hôtel.

5/ Mangez-vous les plats que vous préparez ?

Jean : Ca n’est pas notre repas mais oui, ceux qui en avaient envie pouvaient les manger. Moi j’aimais bien !

6/ Est-il vrai que Norbert et toi vous vous appelez maintenant tous les jours ? 

Jean : Oui, tous les jours !

Et as-tu installé l’appli « La Boîte à Nono » ?

Jean : Haha ! C’est marrant que vous m’en parliez, quand je l’ai eu hier, il m’a gavé avec ça ! Il veut absolument que je la télécharge, alors que lui-même n’a pas de smartphone ! En revanche, sa femme l’a.  Il kiffe trop !

7/ Les interviews que l’on voit au montage quand vous débriefez de l’épreuve en cours sont-elles tournées avant ou après que vous ayez eu les résultats (souvent, on essaye de déceler si le candidat a gagné ou perdu à ses expressions ou sa manière de parler) ?

Jean : Les deux ! On nous interviewe avant les résultats, pour nous demander comment ça s’est passé, comment on s’est senti et tout, puis après, pour avoir nos impressions. Après, le montage fait le reste.

8/ As-tu une perruque ?

Jean : (Rires) Pourquoi, tu veux l’adresse ? Non sérieusement, avant de voir que les gens parlaient de mes cheveux, je m’étais pas rendu compte. C’est juste que j’étais pas allé chez le coiffeur depuis un mois, le tournage dure un mois et demi, voilà… J’avais eu la puce à l’oreille quand Ghislaine avait demandé à Ruben, qui les avait longs aussi, de se faire couper les cheveux, et qu’elle m’a ensuite demandé de le faire aussi. Mais je lui avais répondu : « Coupe ta frange et je le ferai ! ».

9/ As-tu une copine ?

Jean : Je préfère ne pas parler de ma vie privée.

10/ As-tu gagné Top Chef ?

Jean : Haha, tu te la tentes, mais tu ne sauras rien !

Top Chef 2012 – Ma soirée à l’Acajou à la recherche du Jean perdu…


Hier soir, nous partîmes à quatre « matériel », comme dirait DSK (entendez « filles » dans la phrase « Veux-tu (peux-tu) venir découvrir une magnifique boîte coquine à Madrid avec moi (et du matériel) ») direction le restau de Jean Moumoute Imbert, avec lequel j’avais pris rendez-vous, pour tester les lieux et le monsieur (et accessoirement ses perruques).

Bon, faut aimer le 16e. Et vous savez (ou pas) ce qu’on dit sur le 16e quand on est du 17e, mais ça n’est qu’une question de point de vue, et j’étais toute prête à pardonner à Jeaaan. A ma grande surprise, nous fûmes reçues par Juan (un « u » pour un « e » mais pas une faute de frappe), un autre candidat de cette saison (qui ressemble beaucoup moins à Benabar dans la vraie vie qu’à l’écran), devenu  le second du chef aux faux airs de Patrick Bruel. Mes copines, excitées comme des puces, et moi avec elles, piaillaient et piaffaient d’impatience en terrasse, verres de vin blanc à la main :

–          Tu crois qu’il est LA ? Tu crois qu’il est ashkénaze ? Tu crois qu’il va venir nous saluer ? Tu crois qu’il est dedans ?

–          Chais pas, il fait tout noir, je vois rien que le Juan et des ombres.

Moi, stoïque :

–          Mais vous croyez quoi, le mec est pas serveur, il est CHEF, il fait la CUISINE, il est en CUSINE ! me demandant quand même si c’était vraiment lui tout seul qui était en train de découper des tranchettes de kiwi, de melon et d’ananas en silence sur son petit plan de travail en zinc, essoufflé, regardant fébrilement la pendule comme dans une épreuve de coup de feu.

Les clients commençaient à arriver. Plutôt des jeunes. Plutôt en scooter.

–          C’est Cyril Lignac ! a dit Laurence, pointant ostensiblement du doigt un type en moto à casque intégral et barbour.

N’importe quoi…

Nous sommes finalement entrées et avons pris place au centre d’une très longue et haute table d’hôte dans une salle sombre éclairant davantage les plats que les visages, ce qui arrangera les filles de plus de 35 ans (aucun rapport mais les restos japonais, par exemple, sont à éviter niveau luminaires effet teint blafard). Sur une petite carte carrée, nous avons eu le choix entre une entrée « terre » ou « mer », puis avons sélectionné 2 plats dans une liste aux intitulés énigmatiques. Si vous n’aimez pas les surprises, on peut toutefois  vous orienter. J’ai préféré choisir au pif. Grosse maligne, j’ai finalement dû demander des précisions au moment de choisir le vin, parce qu’un Saint-Verant avec une côte de bœuf, ça le fait moyen.

Le concert a pu commencer.

Du crabe sur jus de mangue, accompagné d’une soupe d’étrilles à tomber par terre  et son mini-pavé de saumon mi-cuit. Tout ce que j’aime ! Ma Bretagne qui me tend les bras.

Ensuite, un carpaccio de langoustine comme réponse à tous mes vœux secrètement formulés en terme de  cru et de sous-marin depuis des années. C’est décidé, je veux épouser Jean Imbert !

–          Mais il est oùùùù, au fait, Jean Imbert ?

Stéphanie me sort de mon orgasme culinaire. Le Juan repasse.

–          Jean doit être très occupé, t’as vu la finesse de ces langoustines, la broutte à couper ! Tu crois qu’il a que ça à foutre de venir nous faire coucou alors qu’il décortique, coupe, cisèle ces putain de langoustines pour en faire des carpaccios carrés ?

Mon plat arrive : Bangkok. Une soupe aux gambas et son avocat en gelée. Beau, bon, chic, distingué, comme Zeaaaan. Mais il est OUUUUU, Zean (ouais, on commence à avoir pas mal bu) ?!

–          Non mais attends, il va venir au dessert, il va pas tout laisser tomber comme ça, son resto plein, pour venir taper le bout de gras avec quatre fans en goguette alors qu’il doit enfourner 50 petits soufflés individuels et vérifier qu’ils ne retombent pas !

Mouais…, quelles ont l’air de dire, mes copines, qui commencent sérieusement à me regarder avec pitié. Mmh, je connais ce regard, celui qui dit, au bout de 24h d’attente d’un coup de fil de mec, que non, il n’est pas mort, et que non, il ne rappellera pas. Mais je suis grande maintenant, et puis Jean m’a promis d’être là. Et moi, Jean, je lui fais CONFIANCE. Jean et moi on est comme les deux doigts de la main (hein ?).

–          Tu crois qu’ils vont l’applaudir quand il va venir ? Je tente.

Encore ce fameux regard. Je me tais. On parle de la grossesse de Laurence.

Les desserts arrivent : le fameux soufflé (il est fort, Jean, il a tout bien fait !) et la salade de fruits grâce à laquelle on s’est virtuellement rencontrés, Jean et moi.  Je serre contre mon cœur mon petit menu cartonné prêt à être autographié, et j’attends le chef.

–          Là, c’est sûr qu’il va arriver, je dis à mes copines.

–          Bha j’espère, hein, parce qu’on va pas tarder tarder non plus.

Et c’est à cet instant précis que la vérité nous est tombée dessus, apportée par un messager désolé : Jean s’excuse, il a été retenu, il ne pourra pas être là ce soir. La tête me tourne. Mais qui a fait à manger je ne comprends pas ? Pas là, Jean ? Non mais Jean, si tu as une perruque c’est pas grave, je le dirai pas je te jure (mmh mmh).

Sur le trottoir, mes copines m’évitent. J’ai l’abominable impression d’être en 4e et de m’être pris un gros vent par David Sraër.

Jean, tu m’as foutu la tehon, mais franchement c’était trop bon.

 

L’Acajou – 35bis, rue Jean de La Fontaine 75016 Paris

01 42 88 04 47

Menu : Midi 30 euros / Soir 60 euros