Les Bleus sont-ils atteints du syndrome Gilles de la Tourette ?

Ayé, nous voilà donc éliminés de cet Euro 2012 après un match fantomatique face au tenant du titre, lui même en petite forme. En bref, la France s’est fait battre mollement par une petite Espagne, échappant ainsi à une boucherie allemande ou une humiliation italienne, au choix, ce qui n’est donc pas forcément un mal. La déception n’est elle-même pas bien grande puisque, après la piètre prestation de cette promotion 2012 contre la Suède, les espoirs étaient plus que minces.

Finalement, arriver en quarts deux ans après Knysna, c’est déjà pas si mal et ça laisserait presque de l’espoir (à trèèèès long terme) pour l’avenir d’une équipe en reconstruction. A moins que…

A moins que le mal étrange qui semble toucher certains joueurs ne s’étende subrepticement comme il semble le faire d’année en année. Rappelez-vous comment le fiasco de 2010 avait commencé : Nicolas Anelka, charmant jeune homme appelé en Equipe de France par le très consensuel Raymond Domenech avait sans prévenir « pété les plombs » et lancé au pauvre homme sans défense : « Va te faire enculer sale fils de pute« . Qu’arrivait-il au toujours humble gaillard de Chelsea ?

Nul ne le savait alors et pourtant… Connaissez-vous le syndrome Gilles de la Tourette ? Cette affection neurologique incommodante se traduit la plupart du temps par de « simples » tics ou gestes aussi saccadés qu’inattendus mais, dans 20% des cas, pousse le sujet qui en est atteint à employer sans prévenir un vocabulaire obscène, voire à insulter passants, inconnus ou vendeurs (ou coach ?) de manière totalement incontrôlée et imprévisible. Pauvre Nicolas, c’était donc ça dont il était atteint. Et nous qui croyions que c’était un sale gosse insoumis, grossier et déconnecté de la réalité. Mea culpa, Nico, t’es un mec en or. Malheureusement, son cas ne devait pas rester le dernier… Alors que tout se passait merveilleusement bien dans la sélection de Blanc, l’étrange symptôme semble s’être emparé d’autres malheureux joueurs sans défense. Samir Nasri fut la première victime de cet Euro 2012. Non, pas Samir ! Le coeur sur la main, toujours disponible pour les supporters, jamais un mot plus haut que l’autre, Samir ou l’incarnation du respect allait déraper… Contre l’Angleterre, juste après avoir marqué, et alors que ce grand monsieur du football aurait dû profiter de ce beau moment  avec ses coéquipiers, voilà que le mal s’est réveillé ! « Ferme ta gueule ! » furent ses premiers mots, malencontreusement lâchés face à la tribune des journalistes. Quel malentendu ! Saloperie de Tourette (merde ça déteint. Han, pardon. Putain putain).

Quelques jours plus tard, contre l’Espagne, c’est Jeremy Menez qui était touché. Alors que l’arbitre le sanctionnait, Jeremy le gentleman parisien s’entendait prononcer ces mots odieux à l’égard de l’officiel italien : « Va te faire enculer« . Pas Jerem’ non ! Honteux, désolé, l’homme est alors submergé par l’émotion, mais ne laisse rien paraitre. L’histoire aurait pu en rester là mais il semble que la maladie ait gagné du terrain chez Samir qui, en zone mixte, subissait quelques instants après une de ces crises que seuls les sujets atteints du syndrome Gilles de la Tourette connaissent : « Va te faire enculer, va niquer ta mère sale fils de pute », l’homme était comme envoûté , et ces mêmes mots qui avaient pris possession d’Anelka deux ans auparavant venaient entacher la réputation de ce modèle de politesse. Et la presse de s’offusquer injustement du comportement de ces sportifs exemplaires. Messieurs et mesdames les journalistes, un peu de décence. Ces hommes sont malades, et souffrent. Le coach peine à les contenir et souhaite garder le secret sur ces tics incontrôlables. Alors qu’il leur avait appris qu’ils partaient à la Donbass Arena, certains joueurs étaient entrés en transe « Donbass BOMBASSE PUTE PUTE SALOPE ! ». Depuis, Blanc leur a imposé le silence, raison pour laquelle, à leur retour en France, la plupart des internationaux ont foncé vers leur taxi sans saluer les supporters qui les attendaient sous la pluie depuis plusieurs heures. Question de respect. Et les Français qui se gaussent, se partageant cette blague potache : « J’ai un point commun avec Zahia : la dernière fois que les Bleus m’ont fait plaisir, j’étais mineur ». Haha, c’est ça moquez-vous. C’est drôle, hein, de rire des gens qui souffrent en silence ? Footage de gueule.

Faut-il donc considérer que seul le talent compte, et laisser les Bleus de Blanc voir rouge au vu et au su du monde entier qui pourrait faire l’amalgame entre ces merdeux grossiers (contre leur gré j’entends bien) et le peuple français dans son ensemble ? Faut-il laisser nos enfants prendre pour exemple des petites frappes insoumises à toute autorité ? Faut-il laisser imprimer en lettres de feu sur les Une des kiosques ces horreurs crânement proférées ? Ce soir, la France s’interroge en pansant ses Bleus à l’âme… et aux oreilles.

9 réflexions au sujet de « Les Bleus sont-ils atteints du syndrome Gilles de la Tourette ? »

  1. On est bien dans la merde (oups moi aussi je suis atteinte) avec ces joueurs. On est loin oui de notre liesse 98′. C’était pas forcément que des anges mais ils faisaient plaisir aux petits et aux grands. Now on a une bande de racailleux qui se prennent pour des dieux. ça passera je pense. Il faut qu’on touche sérieusement le fond et qu’on fasse le ménage là dedans. Quitte à recommencer avec des joueurs moins fort mais dont on pourra être fiers même dans la défaite. Je pense qu’il est possible de trouver en France des joueurs un peu moins tourette. Et avec un peu plus d’humilité. Mais il faut aussi que les médias se remettent un peu en question. Ils en prennent quand même plein la gueule et même avec un gros chèque à la fin du mois, être traité comme de la merde ça doit avoir ses limites. Le journaliste qui a répondu « bah casses toi » a aussi mérité de se faire envoyer chier. Quand bien même tu voulais ton interview tu t’adresse à personne en disant « casse toi » (à part Sarkozy of course).

  2. Ping : Euro 2012 : Nos jours heureux et les bleus – Insiiide My Bubble – Une blonde dans sa bulle

  3. La déroute des Bleus face à l’Espagne tient à deux choses : l’accomplissement de l’objectif principal, à savoir passer la phase de poules, et le fait d’être parti défaitiste face à une équipe d’Espagne largement prenable, cf. la compo ultra-défensive de Laurent Blanc. Qu’on – par « on », j’entends l’Intelligentsia footballistique type Pierre Ménès, son copain le Footix, et tous ceux qui ne suivent pas le petit monde du ballon rond au jour le jour – vienne s’insurger contre les différentes insultes prononcées, c’est méconnaître les jeunes du 21e siècle. Tous ces mecs, la fameuse « génération 87 », ont grandi ensemble, enfermés dans des centres de pré-formation type INF Clairefontaine, puis de formation dans des clubs, et ainsi de suite jusque l’équipe première. Ils ont été coupés du monde dès leur plus jeune âge, et n’ont connu que des joutes verbales à base de vannes et autres insultes dans un environnement ultra-compétitif.
    Que Nasri en ait après la presse, vu tout ce qu’il s’est pris dans la gueule lors de sa dernière saison à Arsenal, ainsi que tout son début de saison à City, ça peut se comprendre. S’excuser, non, parce qu’il reste un professionnel, qui se doit de l’être sur et en dehors du terrain. On ne connait pas non plus la teneur de ses relations avec ce fameux journaliste de l’AFP, dont on ne sait pas qui il est. Bref… Quant à Jérémy Ménez, sa réaction est somme toute classique. On en entend des bien pires sur le pré chaque semaine, à tous les niveaux. Simplement, il me semble que le petit jeu préféré de nos abrutis de compatriotes, simples amateurs nourris au biberon TF1 ou journalistes de tous poils prêts à tout pour vendre du papier/clic, est de dénigrer systématiquement nos joueurs, et mettre en exergue leurs travers. C’est le signe de notre époque, le syndrome « Le Petit Journal », où on s’intéresse plus aux tweets d’une connasse de Toul qu’aux problèmes de délocalisation ou de santé publique. La peoplisation à outrance de la société, l’égocentrisme à son paroxysme.
    Etant supporter de l’équipe la plus détestée de France,et fervent partisan de la devise de Millwall « no one likes us, and we don’t care »; je ne peux que me placer dans le camp des défenseurs de l’Equipe de France, qui devra composer avec ces joueurs malpolis, ces mecs de banlieue qui préfèrent fumer la chicha entre eux plutôt que de taper le carton, à l’ancienne. Etre supporter, c’est comme le mariage :c’est pour le meilleur, et pour le pire. Surtout pour le pire.
    Il est fini le temps de Platoche, celui de la Dèche, il appartient au passé. Lui, et ses traditions. Le Vingtième Siècle est mort, messieurs dames, il s’agirait de vous mettre à la page, de passer outre le bruit que provoquent les media, et vous concentrer uniquement sur la pelouse. Car c’est bien tout ce qui compte, ce rectangle de pelouse qui crée et détruit des idoles.

  4. Mais c’est la France dans son ensemble qui est comme ça!
    Pendant mes études je travaillais comme caissière à Carrefour et tous les samedi nous nous faisions insulter au moins une fois. Et pas les insultes gentillettes de Nasri, non là j’ai même appris des insultes que je ne connaissais pas! Mais vous comprennez ma pov’ damme les gens sont stressés avec leur travail (et la caissière un punching ball c’est bien connu…).
    A priori c’est normal quand on fait certains job de se faire insulter copieusement, par contre quand on est Journaliste ou Entraineur (avec beaucoup de zero sur la fiche de paye) et bien c’est scandaleux !!! D’ailleurs on en parle partout, c’est un vrai scandale apparemment….
    L’ironie de l’histoire c’est que je pense que ces les mêmes personnes qui crient au scandale aujourd’hui qui ne se gènent pas pour insulter (ou ignorer) les gens qui sont autour d’eux.

  5. J’ai beaucoup aimé ton article! J’ai ri mais au final, je suis plus atterrée qu’autre chose..
    Je voudrais bien comme le dit Jay FTBX « me concentrer sur la pelouse » Mais ce concentrer sur quoi? Leurs splendides prestations? Leur fantastique esprit d’équipe qui les mène au sommet?

    Professionnel ou non, un joueur ne peut ne comporter comme bon lui semble. Il est un exemple et doit se conduire comme tel. De quel droit les joueurs de l’équipe de France se comportent ainsi? Le manque de respect envers leurs supporters est intolérable.
    Ils ne sont motivés que par l’argent, ils n’ont pas la « niac » ni l’envie de gagner. C’est malheureux.

  6. Eh bien, en voilà un bel article! Plein d’humour pour dire ce qu’on ressent tous : de la honte. Alors moi je dis : les debriefs d’Adèle je ne connaissais pas, mais les edbriefs d’Adèle dorénavant je suivrai!😀
    Quant à la réponse de Jay : Jay, désolée, mais
    – on peut être un gosse du 21è siècle et savoir se tenir et se comporter. On s’en fiche du pauvre petit Nasri pété de thunes qui a maille à partir avec un journaliste : c’est la rançon de la gloire (et de son compte en baque, donc)
    – tu sous entend qu’être sportif de haut niveau entraine ce genre de comportement (enfermés dans des classes de sport etc). Mais ce genre de comportement ne se voit quand dans le foot et ce depuis 2010 (grève, insulte etc).
    – il n’y a pas que les journalistes qui dénigrent : les Français n’en peuvent plus de l’image déplorable que les Bleus donnent de la France. Il suffit de voir les réactions des internautes. Ou des supporters, les pauvres, qui attendaient les Bleus à leur retour…
    – j’adore les Bleus… symboliquement. Je suis les coupes d’Europe et du monde. mais je ne fais pas partie de ces supporters aveugles qui tolèrent tout et n’importe quoi au nom du foot et du fric.
    Et si on se concentre vraiment que sur la pelouse, là on pleure : entre le match contre la suède et celui contre l’espagne, au secours!!!

    • Je n’excuse en rien le comportement d’enfant gâté, je dis juste que ça peut se comprendre. Loin de moi l’idée de faire l’amalgame sur toute la jeunesse, ce que je n’ai pas fait d’ailleurs. Et les arguments fallacieux en rapport avec le porte-monnaie, ça me fait bien marrer. Y a rien de plus populiste et démagogique que ce genre d’arguments. L’Économie classique et l’Économie sportive sont deux sphères totalement différentes, qui ne fonctionnent pas de la même manière. Inutile de vouloir comparer, ça ne rime à rien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s